A comme Amour

Devenir explorateur de notre propre histoire passe inévitablement par la case Amour.
Nous nous trouvons alors confrontés à revisiter prioritairement ces épisodes de notre vie lorsque nous souhaitons nous sentir mieux.

C’est ainsi qu’un beau jour chez P’tit’ Tête surgit cette terrible question du sens qu’elle avait attribué au verbe aimer depuis sa plus tendre enfance.
En y mettant beaucoup de bonne foi (car il en faut beaucoup) elle dût se rendre à l’évidence que derrière son avidité à « Le » rencontrer, se cachait une tentative de combler ses attentes inassouvies. En conséquence, de devoir accepter que prise au piège de ses besoins, elle s’était mise à chercher à corps perdu, celui qui serait capable de les combler.

Le grand jour de la rencontre tant attendue étant arrivé, P’tit Tête ne pouvait que sublimer celui dont elle a su instantanément qu’il allait devenir l’homme de sa vie. Oui, c’était bien lui celui qu’elle avait inconsciemment si rigoureusement sélectionné. Elle l’avait reconnu entre mille et su d’emblée qu’ils étaient fait l’un pour l’autre.
Elle était « tombée » amoureuse. C’est ainsi que l’exaltation d’avoir enfin rencontré cet Amour tant attendu fera fi de tout raisonnement logique.

Mais bientôt son enivrement romantique se transforma  en appréhension de perdre « l’objet » de son amour. Avec le temps, ses craintes finirent par se confirmer. Chacun revenant à son naturel et l’affirmant, elle dû faire face à l’amère désillusion qu’elle avait attribué à son amoureux une mission inappropriée. P’tit’ Tête venait de comprendre que le couple idéal n’existe pas, mais qu’il est plutôt un laboratoire d’évolution. Que ceux à qui le bonheur ouvre ses portes pour laisser entrevoir l’amour possible, sont ceux qui ont vu leurs attentes réciproques s’harmoniser.

P’tit’Tête pressent qu’elle vient de comprendre quelque chose de capital. L’amour ne fait que commencer là ou d’autres pensent qu’il leur a échappé, car personne n’appartient à personne.
Plus clairement, ne serait-ce pas quand deux individus arrivent à considérer et aimer leur conjoint pour qui il est vraiment, que l’amour peut s’installer dans leur foyer ?

Lui vint alors l’idée et l’envie de méditer un peu plus loin. L’Amour Véritable serait-il limité à la notion de couple?
Soyons un brin utopiste et imaginons un monde où le bon sens nous pousserait à être reconnaissant des qualités spécifiques des autres ; à avoir  la sagesse de les aimer pour qui ils sont sans autres conditions, est-ce que l’argent ou la gloire resterait leur principale préoccupation ? A quoi cela leur servirait-il de s’attribuer ces fétiches si la reconnaissance et l’amour leur était donné gracieusement ?

P’tit’ Tête a déjà remarqué que pendant le temps où elle vivait dans la réaction causée par le besoin d’être reconnue et aimée, elle était dans l’incapacité d’entrer dans l’action. Devant s’avouer inapte à prendre des décisions justes. Elle se sentait impuissante à pouvoir se réaliser, car l’instinct de survie qu’exprimaient ses besoins prenait constamment le dessus. C’est pourquoi elle a décidé de s’occuper de ceux-ci, afin de ne plus être dans l’attente et tirer le meilleur profit de la liberté retrouvée. Se sentant capable d’exploiter son plein potentiel, elle a découvert la joie de pouvoir offrir au monde le meilleur d’elle-même.

C’est en tant que facilitatrice que vous la retrouverez intervenant dans ses écrits et notamment dans son ouvrage « Je croyais qu’aimer était facile » chez LE LYS BLEU EDITIONS, où dans la confidence du livre elle se propose de rejoindre le lecteur dans sa propre aventure.