Gentillesse quand tu nous tiens
(extrait de Rouvrir son coeur à l’Amour déchiré)

Où se trouve donc la frontière entre l’altruisme et la naïveté ? C’est ce que Danielle ignorait.
Danielle est devenue très précocement une « gentille fille ». Pour elle, c’est une manière d’éviter les disputes et de conserver le lien affectif avec ses parents. Sa sensibilité aux autres s’est éveillée de façon auto-défensive afin d’éviter toute forme d’agression. Pour en arriver là, elle a dû se couper de ses propres ressentis pour donner aux autres ce qu’elle aurait tant aimé recevoir.
Arrivée à l’âge adulte, elle a conservé son statut de personne bienveillante, humaine, généreuse. Elle s’entend souvent dire combien elle est « une gentille personne ! ».
Difficile pour elle de résister à l’émotion agréable que lui procure cette caresse affective. Ce qui est plus délicat encore, c’est d’arriver à montrer les dents alors qu’elle est reconnue comme telle depuis son plus jeune âge.
C’est ainsi que la moindre critique lui suffit à douter d’elle-même et à se sentir incapable de se confronter à l’injustice ou à la trahison. Le sentiment d’être une bien piètre petite chose la gagne, elle devient une proie facile dont la vulnérabilité rend possible le jeu des marionnettistes.
Mais alors, où se trouve le juste milieu ?
Fée Intuition a certainement la réponse à cette question et pourrait être de bon conseil. Danielle ne voulait pas être trop envahissante, mais elle se souvient que lorsqu’elle avait exprimé à la Fée sa crainte de la déranger trop souvent, elle lui avait dit de ne pas avoir peur. Une seule condition : demander car Fée Intuition n’intervient jamais sans que l’on fasse clairement appel à elle. Danielle descend alors dans sa grotte.
— Fée Intuition, quelquefois je culpabilise de ne pas aider les autres autant que je voudrais. Comment savoir si je donne trop ou trop peu ?
— Tout ceci est question de bon sens, répondit Fée
Intuition. Voici un moyen bien simple de le savoir : Si tu es capable de rester en connexion avec tes propres besoins et d’être dans la capacité de les nommer tout en sachant écouter ceux des autres, tu es dans le juste.
Lorsque ton authenticité s’exprime librement sans entrer dans la crainte du jugement ou de l’abandon, tu es aussi sur la bonne voie.
C’est dans une communication vraie et un dialogue d’égal à égal que la gentillesse peut s’exprimer vraiment. Ce n’est qu’en tenant compte de tes propres besoins que tu es réellement capable d’écouter ceux des autres et d’agir en toute sincérité.
L’excès de zèle en matière de gentillesse a deux pendants souffrants que sont la peur de ne pas être aimé et le besoin d’être reconnu. Tu ne seras réellement encline à t’exprimer et à agir en gentille personne que lorsque ton réflexe d’éviter les conflits aura disparu pour laisser place à l’authenticité.